Art-thérapie et Loi 21

Le projet de loi 21, la loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines, a été présenté et adopté par l'Assemblée Nationale en juin 2009. La Loi 21, en vigueur depuis juin 2012, vise entre autres à encadrer la pratique de la psychothérapie dans le but de protéger les bénéficiaires de services en psychothérapie*. La définition de la psychothérapie constitue l’assise sur laquelle l’Ordre des psychologues se fonde pour définir la pratique de la psychothérapie :

La psychothérapie est un traitement psychologique pour un trouble mental, pour des perturbations comportementales ou pour tout autre problème entraînant une souffrance ou une détresse psychologique qui a pour but de favoriser chez le client des changements significatifs dans son fonctionnement cognitif, émotionnel ou comportemental, dans son système interpersonnel, dans sa personnalité ou dans son état de santé. Ce traitement va au-delà d’une aide visant à faire face aux difficultés courantes ou d’un rapport de conseils ou de soutien. [Article 187.1 du Code des professions]

L’année 2014 marquait la fin de la clause grand-père (période transitoire de reconnaissance des acquis) de la loi 21 permettant à certains professionnels, art-thérapeutes et autres, d’obtenir le permis de psychothérapie à la suite d’un processus d’évaluation par l’Ordre des Psychologues du Québec (OPQ). Malgré la présentation réalisée par l'AATQ, à la Commission des institutions à propos du projet de loi 21, le 11 juin 2009, et les efforts persistants du comité OPTA depuis (voir l’article Qu’en est-il de la loi 21 et l’art-thérapie au Québec aujourd’hui ? du bulletin d’information Février 2017) les art-thérapeutes du Québec demeurent exclus de la loi 21.

*Les exigences pour l’obtention du permis de psychothérapeute peuvent être consultées au site web de l’OPQ.

Est-ce que les art-thérapeutes sont éligibles au permis de psychothérapeute ?

À présent, en vertu de la loi 21 telle que stipulée, la formation de niveau maîtrise en art-thérapie ne permet pas en elle-même l’accès au permis de psychothérapeute. Des énergies sont rassemblées pour tenter de remédier la situation entre autres en déployant des efforts pour la reconnaissance des programmes universitaires en art-thérapie (Concordia et Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue). Cependant, l’évaluation par l’Ordre des Psychologues du Québec de ces programmes comme satisfaisant les critères de formation à la psychothérapie sous la loi 21 ne parviendra pas à dissiper tous les obstacles auxquels les art-thérapeutes feront face lors de leur cheminement vers l’obtention du permis de psychothérapeute. Un écueil décisif subsiste : la non-intégration des art-thérapeutes au système professionnel du Québec (absence d’un ordre professionnel pour les thérapeutes par les arts). Cependant, s’il s’avérait un jour que les thérapeutes par les arts puissent faire une demande de permis de psychothérapeute en vertu de la Loi 21, faire partie d’un Ordre professionnel ne les oblige aucunement à obtenir le permis de psychothérapeute.

Toutefois, certaines et certains art-thérapeutes sont ou peuvent être éligibles au permis de psychothérapeute s’ils sont membres d’un ordre professionnel et satisfont les critères d’éligibilité cités ensuite. À titre d’exemple, certaines et certains détiennent une formation supplémentaire en thérapie conjugale et familiale, en travail social ou autre et sont membres de l’ordre professionnel respectif. Ces art-thérapeutes sont alors éligibles pour l’obtention du permis de psychothérapeute conditionnellement à l’obtention de certains cours supplémentaires définis par l’OPQ.

En vertu de la loi 21, l’accessibilité au permis de psychothérapeute repose sur ces critères d’éligibilité*:

1.Est membre d’un des ordres professionnels suivant: Ordre des psychologues du Québec, Ordre des conseillers et conseillères du Québec, Ordre des ergothérapeutes du Québec, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, Ordre des psychoéducateurs et psychoéducatrices du Québec, Ordre professionnel des sexologues du Québec, Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec, Ordre des criminologues du Québec

2. Détient un diplôme universitaire de maîtrise dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines

3. A complété une formation théorique de niveau universitaire en psychothérapie de 765 heures telle que décrite à la section 5.3.2 du guide explicatif (2013)*

4. A satisfait les exigences (voir les points 5.3.2 et 5.3.3 du guide explicatif) d’un stage supervisé en lien à un minimum d’un des quatre modèles théoriques d’intervention (psychodynamiques, cognitivo-comportementaux, systémiques et les théories de la communication et humanistes)*

* Veuillez consulter le Guide Explicatif de l'OPQ ainsi que le site de l’Ordre des Psychologues du Québec pour plus de détails.

* Voir la liste détaillant les cours sur le site de l’OPQ.

* Les superviseur doivent entre autres être psychothérapeutes et posséder une expérience clinique de 5 ans dans au moins un des quatre modèles théoriques d’interventions.

Liens importants

Pour de plus amples informations, consultez ces liens importants:

Projet de loi 21

Guide explicatif

Le site de l’Ordre des Psychologues du Québec

© l'Association des art-thérapeutes du Québec

911 rue Jean-Talon Est, Bureau 307B Montreal, QC H2R 1V5 514 990-5415

Powered by Wild Apricot Membership Software